Inventer-le-monde :
l'artiste citoyen
Introduction d’une biennale / Inventer le monde : l’artiste citoyen

jeudi 6 septembre 2012

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Programme :
du 08 novembre 2012 au 13 janvier 2013

EXPOSITION, ATELIERS, RENCONTRES, PUBLICATIONS, RADIO, ACTIVITÉS.

« Inventer le monde : l’artiste citoyen »
Inventing the World : The Artist as Citizen

Direction Artistique : Abdellah Karroum
Commissaire associé pour les projets spéciaux : Didier Houenoude
Commissaires associés pour la recherche et les rencontres : Anne Szefer-Karlsen, Olivier Marboeuf et Claire Tancons.
En dialogue avec un groupe de curators et professionnels internationaux – la Délégation artistique (Curatorial Delegation)*

L’idée / le contexte :

« Les grandes expositions et les biennales ont souvent été des espaces historiques pour les intellectuels, des moments de célébration pour les communautés, à l’instar du Festival mondial des arts nègres (Dakar, 1966), du Festival panafricain (Alger, 1969), de la Biennale de Johannesburg (1995). La fonction de ces assemblées s’étend à la prise de positions manifestes, idéologiques et artistiques (la Biennale de la Havane, la Triennale de Yokohama). Ces rendez-vous sont toujours conçus dans des complicités intellectuelles, à proximité du politique et du sociologique, et traduisent surtout l’état d’esprit de projets artistiques inscrits dans la cité. En observant les formes d’expressions de l’époque contemporaine, et celle de la « génération 00 », au passage du 21e siècle, sur le continent africain et ailleurs, la Biennale Bénin 2012 envisage d’interroger la notion d’artiste citoyen, dans ses dimensions actives, sociale et esthétique. Le vocabulaire de l’art s’inscrit dans une temporalité multiple, entre imaginaire nomade et de réelles présences au monde, entre invention et action. C’est dans la correspondance, entre des univers créateurs et des rencontres extérieures, que se formule le sens de l’oeuvre, d’une idée esthétique à un propos éthique.
La mémoire collective, façonnée de faits historiques et de valeurs éthiques, devient à son tour héritage partagé, au-delà des frontières commercialement cultivées. Les artistes travaillant au Bénin sont depuis longtemps impliqués dans la société en tant que producteurs d’œuvres et d’interventions concrètes. Conçue en dialogue avec la scène culturelle béninoise, l’exposition internationale « Inventer le monde : l’artiste citoyen » rassemble un ensemble d’œuvres existantes et d’autres en projet. 
Alors que les nouvelles productions fonctionnent comme des réponses à la question “d’artiste citoyen”, les œuvres sélectionnées par la Délégation Artistique quant à elles interrogent le contexte de l’exposition et les tendances artistiques internationales autant sur le plan de leur formulation que sur les modalités de leur présentation.
La cartographie d’une exposition est définie par les lieux d’action d’intervention des artistes citoyens, complétée par la correspondance des œuvres avec les lieux d’émergence des expressions. Le Musée d’Art de la Vie Active de Meschac Gaba est un exemple emblématique pour « Inventer le monde : l’artiste citoyen » (A. K.)