Inventer-le-monde :
l'artiste citoyen
Artistes en Docs / Africadoc-Bénin

mercredi 7 novembre 2012

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Que serions-nous sans notre capacité à nous remémorer les actes qui ont fait notre grandeur ainsi que les actions qui ont causé notre perte ? Aucun peuple, aucune nation ne se construit sur l’oubli : tel pourrait être le leitmotiv de l’association Africadoc-Bénin.

L’association œuvre depuis 2010 pour le développement du cinéma documentaire de création au Bénin. L’enjeu actuel est celui de la production et de la création d’images par les Africains, ainsi que la question de leur propre regard sur les réalités du continent.

Le dialogue entre l’artiste et le monde autour de lui est l’objet principal de l’atelier de formation et de création qui sous-tend le projet Artistes en docs initié par l’association dans le cadre de la Biennale Bénin 2012. Celle-ci se développe autour de l’artiste, dont l’expression citoyenne s’illustre à travers son travail d’interpellation de la cité. Qu’a-t-il vu de familier qui a probablement échappé à ses concitoyens ? Qu’a-t-il senti de particulier que n’ont pas perçu ses semblables ? Qu’a-t-il touché de sensible qui a pourtant paru anodin ou insignifiant à ses compatriotes ? Il s’agit de sensations fortes quant à notre réel, porteuses de valeurs identitaires jusque-là refoulées par la conscience collective et grâce auxquelles l’artiste rétablit le dialogue avec les populations de la cité.

Africadoc-Bénin ouvre, durant la Biennale, un espace de création pour les professionnels de l’audiovisuel artistique et les aspirants au cinéma documentaire : une rencontre professionnelle ayant pour but la réalisation et qui comporte tournage et montage, au cours de laquelle sera produite une collection de pastilles documentaires sur les artistes et leur regard décalé sur la cité et la vie de ses habitants. C’est donner l’opportunité à de jeunes Béninois africains de l’audiovisuel créatif d’investir le champ artistique de l’art contemporain autour d’une formation technique où ils expriment leur point de vue sur les transformations du monde que proposent les artistes de la Biennale.

D.H.